Délégation permanente de la République Tchèque auprès de l'OCDE

česky  français  english 

Recherche avancée

Avertissement de l´article Imprimer Decrease font size Increase font size Twitter

Conférence sur l’évaluation d'impact de la réglementation en République tchèque et dans autres pays de l'OCDE

La conférence sur la question de l'évaluation d'impact de réglementation en République tchèque et dans autres pays de l'OCDE avait lieu le 1 er juin 2012 au palais Lichtenstein à Prague. La conférence a été organisée par la Section du Bureau du Conseil législatif du gouvernement en collaboration avec l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et avec l'Université Charles à Prague. L'objectif était de présenter une nouvelle approche vis à vis le processus de mise en œuvre de l'évaluation d'impact de réglementation en République tchèque et sa comparaison avec les pratiques exercés dans les pays de l'OCDE ayant un système développé d'évaluation d'impact de réglementation. Pour des informations plus détaillées, y compris des exposés des participants du séminaire et les documents, veuillez visiter le site web de l’Office du gouvernement.

Les principaux thèmes de cette année comprenaient des questions de l'emploi et de l’offre d’emplois, de connaissances et compétences relatives, de l’accentuation des inégalités sociales, les questions de genre, de la coopération au développement et des possibilités à trouver de nouvelles approches pour résoudre les problèmes économiques. Parmi les principales recommandations de la part de l'OCDE pour les politiciens est inclut le slogan "go structural, go social, go green, go institutional", qui devrait contribuer par son application appropriée pour rétablir la confiance (dans les marchés, le système financier, la croissance économique, le développement futur) et de créer une base solide pour promouvoir une croissance inclusive et l'emploi. Pour cela,  les réformes économique systémiques avec les dimensions sociales et environnementales introduites par le gouvernement responsable (convivial, efficace, active dans la lutte contre la corruption) semblent être la bonne combinaison de "better policies for better lives".

Les ministres ont discuté le rapport final de grande envergure des projets horizontaux de l'OCDE - Stratégie de développement (Development Strategy), Initiatives pour l'égalité des sexes (Gender Initiative) et les compétences de la stratégie (Skills Strategy). Les ministres ont également exprimé leur soutien pour le nouveau projet centré sur l'analyse des causes principales de la crise et de l'ajustement ultérieur de recommandations de l'OCDE sous le titre « Les approches nouvelles aux défis économiques » (New Approaches to Economic Challenges). Enfin, a été introduit très attendu l’ouvrage « Perspectives économiques OCDE » de printemps  (OECD Economic Outlook).

Semaine de l'OCDE associe une réunion informelle des représentants de la société civile, y compris la communauté universitaire et les entreprises (forum) suivie d'une des réunions plus formelles et politiquement orientée du Conseil de l'OCDE au niveau ministériel (Ministerial Council Meeting, MCM). Forum est donc une forme de brain-storming qui donne aux dirigeants politiques de nouvelles perspectives et procédures pour trouver des solutions. La réunion de cette année était présidé par la Turquie (vice-premier ministre Ali Babacan) avec le soutien du Chili et de la Pologne en fonction des vice-présidents.

Forum de l'OCDE (les 22 -23 mai) a pris la forme d'une série parallèle de contenu non structuré et innovant des tables rondes, de discussions et de réunions (par exemple OECD_IdeaFactory) des politiciens, chefs d'entreprise, des scientifiques, des consultants, des représentants d'initiatives de la société civile afin de trouver les modalités appropriées à résoudre les problèmes sociaux d'inégalité, du chômage, de la corruption, de l'échec des principes du marché, l'éviction de la classe moyenne aux marges de la société et d'assurer une croissance durable, plus équitable et plus écologique.

Au cours de Forum a été introduite la  versions plus avancée de site web intéressante et inspirante : Initiative d’OCDE pour une vie meilleure (OECD's Better Life Initiative - Better Life Index), qui a été créé en 2011 et vise à essayer de trouver d'autres indicateurs qui décrit le mieux les réalités économiques et sociales des pays du monde que peut un indicateur simple de la croissance du produit intérieur brut - PIB. Sur la base vaste de données de dimension de l'éducation, de la vie sociale, des niveaux de l’environnementale, de la sécurité personnelle et entre autres aussi des sentiments subjectifs compilé un indicateur composite (OECD's Better Life Index) reflète mieux les positions mutuelles des pays et la perception de la satisfaction avec la qualité de vie de leurs habitants. Le résultat n'est pas seulement ciblé sur le résultat financier, la consommation et la sécurité matérielle, mais il concerne aussi l'état général de l'humeur dans la société, qui à son tour peut contribuer à un meilleur ciblage et la planification des changements structurels nécessaires. La nouvelle version introduite couvre parmi d’autre pays le Brésil et la Russie, et comprend la problématique de genre (gender issues) et de l'élargissement des inégalités sociales générales (inequalities).

Au cours de la réunion du Forum de table ronde sur la question du genre (Women on Board) s’est activement impliqué aussi la vice-Premier ministre tchèque Mme Karolina Peake. Dans la discussion avec l'animateur et les autres participants dans le panneau, elle a mentionné ses expériences personnelles en mettant un accent particulier sur la facilitation de l'interconnexion des rôles de maternité et parentaux de la femme avec son travail ou sa carrière entrepreneuriale par diverses formes de soutien public et d'entreprise (autoriser les horaires flexibles, travail à temps partiel, des formes appropriées de prise en charge collective les enfants, l'implication des pères dans l'éducation sans les connotations sociales négatives, etc.).

Réunion Ministérielle du Conseil de l'OCDE - le MCM soi-disant (23 à 24.5.) a été le premier jour, comme d'habitude, introduit par la comparution du Secrétaire général Angel Gurría et par la présentation des Perspectives économiques d’OCDE de printemps  (édition régulière de fois par an) de l’économiste principal de l’OCDE P.C. Padoan suivies de discussions approfondies sur des faits actuels et les résultats présentés. Bien qu'il existe une fragile reprise économique mondiale (principalement en raison de la situation aux États-Unis, au Japon et aux économies rapidement émergeantes), il existe toujours le risque d’une évolution négative en particulier dans le cadre de la crise de la dette dans la zone euro. Pour le cas de la République tchèque, les prévisions de l'OCDE pour 2012 indiquent ralentissement prévu de l'économie, respectivement du PIB de 0,5%, la hausse de l'inflation à 3,9% et de taux de chômage à 7,0%. En dehors de la portée relativement limitée de l'assainissement budgétaire, les bonnes solutions sont en particulier les réformes structurelles économiques et sociales.

Au cours de la réunion, les délégués ont porté sur la formulation de politiques appropriées pour une reprise économique durable, en mettant l'accent sur une plus grande égalité et la carrière des femmes, la création d'emplois, l'innovation, l'acquisition et le maintien des connaissances et des compétences qui correspondent aux exigences du marché du travail et le dernier mais non le moindre, en mettant l'accent sur le développement d’économie «verte». Dans le monde d'aujourd'hui des relations mondiales, où l'économie d'un pays est étroitement liée à l'évolution dans d'autres pays, les délégués ont également discuté des avantages de régimes commerciaux plus ouverts et ils ont confirmé l’autre coopération avec les pays en développement, notamment en vue de renforcer les relations avec les pays du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA Region).

La délégation du Ministère des affaires étrangères de la République tchèque était dirigée par Ivan Jukl, Directeur général des affaires économiques, qui a rejoint le débat sur la question de la coopération au développement (renforcement des capacités propres des pays en développement en encourageant leur secteur privé et l'investissement, soutenir le développement de l'environnement de marché, la suppression des mesures protectionnistes) et avec  une contribution sur la question des autres libéralisation du commerce mondial (basé sur le rapport ministériel responsable issue de- Ministère des l’industrie et de commerce - en mettant l'accent sur la lutte contre le protectionnisme, renforcer la compétitivité et éliminer les obstacles au commerce des services).

Des informations détaillées sur les deux événements (Forum et MCM), y compris les documents finaux (Chair's Summary a Ministerial Council Statement), les rapports des projets horizontaux principaux de l'OCDE (coopération au développement, des connaissances et des compétences, l’égalité des sexes) et de la documentation photographique peut être consultée sur le site de l'OCDE: www.oecd.org/forum et www.oecd.org/mcm.